Example Ad #1 (only visible for logged-in visitors)

Kurt Vonnegut : Comment écrire une histoire.

 

Qui est Kurt Vonnegut ?

Kurt Vonnegut (1922 - 2007) est principalement connu pour son roman publié en 1969, Slaughterhouse 5 (Abattoir 5).

Qu'a écrit Kurt Vonnegut ?

Après avoir passé près de deux ans dans un atelier d'écriture à l'université de l'Iowa, où il donnait un cours chaque semestre, Kurt Wonnegut a obtenu en 1967 une bourse Guggenheim. L'argent lui a permis de retourner à Dresde, ville d'Allemagne de l'Est où il avait été fait prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale. La ville avait alors été bombardée par l’aviation. Cette expérience lui a donné l'inspiration pour rédiger son roman Abattoir 5 (Slaughterhouse 5).

Les conseils d’écriture simples pour écrire une histoire

Kurt Vonnegut a acquis une renommée et une adoration mondiales grâce à la publication de ses romans, dont Abattoir 5 (Slaughterhouse Five), Le berceau du chat (Cat’s Cradle), Le petit déjeuner des champions (Breakfast of Champions), et bien d’autres.

Abattoir 5 figure à la 18e place dans la liste des cent meilleurs romans de langue anglaise du xxe siècle établie par la Modern Library en 1998.

Pourtant, sa thèse en anthropologie, qu’il a qualifié de plus belle contribution à la culture, a été rejetée.

L’idée de base de cette thèse était que le personnage principal d’une histoire a des hauts et des bas qui peuvent être saisis pour révéler la forme des histoires.

« La forme des histoires d’une société, a-t-il dit, est au moins aussi intéressante que la forme de ses pots ou de ses fers de lance ». Voyons voir.

 

Kurt Vonnegut : La structure de l’histoire

Kurt Vonnegut est aujourd’hui reconnu comme l’un des maîtres de la fiction en prose dans le monde entier, et il est difficile de penser que tout ce qui a été écrit par ce maestro des mots puisse être rejeté, mais l’une de ses théories les plus simples et les plus élégantes a effectivement été rejetée. Il a soumis « The Shape of Stories » à l’université de Chicago comme mémoire de maîtrise et ils ont refusé le travail, a déclaré M. Vonnegut, avec peut-être un clin d’œil, parce que « c’était si simple et semblait trop amusant ».

Cependant, Vonnegut lui-même était tellement pris par sa propre idée, que la forme de l’histoire peut être tracée sur un graphique, et rendue sous une forme visuelle simple, qu’il a continué à écrire des essais et à donner des conférences sur le sujet pendant de nombreuses années après son rejet en 1947.

La théorie littéraire de Vonnegut

Presque tous les ateliers d’écriture présentent l’idée d’un arc d’histoire aux écrivains en herbe – dans lequel le point doit suivre le point du début à A, B et C jusqu’à la fin satisfaisante. Ce point est proche de la forme de l’histoire, mais pas tout à fait, l’arc de l’histoire étant généralement représenté sous la forme d’un diagramme linéaire sur un axe plat. L’idée de Vonnegut est allée un peu plus loin, en traçant d’abord une ligne verticale qu’il a appelée l’axe GI (G signifiant Good Fortune, I pour Ill-Fortune) avec, en haut, la bonne santé, la richesse et le succès, et en bas, la mauvaise santé, la malchance et même un destin capricieux. À partir du milieu, il a prolongé un autre axe, qu’il a appelé l’axe BE avec, comme il le dit dans une conférence mémorable, le B pour Début et le E pour Électricité ! De toute évidence, le E est pour Ending (fin).

 

kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam

 

Qu’arrive t’il au personnage de roman ?

La forme de l’histoire est tracée en choisissant le point où l’histoire commence : où se trouve notre protagoniste le long de l’axe GI ? Est-il dans un bon ou un mauvais endroit ? Le déroulement de l’histoire doit descendre en dessous et remonter au-dessus du point de départ du protagoniste – personne ne veut vraiment lire l’histoire d’une personne en bonne santé et de belle apparence qui reste la même tout au long de l’histoire ! De même, il peut être très déprimant pour une personne pauvre de rester à ce même niveau bas pendant toute la durée de l’histoire. Le conflit est le moteur de toute histoire, et le conflit exige de grands espoirs, l’écrasement de ces espoirs, et ensuite, juste au moment où tout semble le plus sombre, une sorte de résolution à l’histoire, qui laisse le héros – et, espérons-le, le lecteur aussi – dans un meilleur état qu’avant, que ce soit mentalement, physiquement ou émotionnellement.

Ecrire une histoire selon Vonnegut

Lorsque vous essayez d’apprendre à écrire, vous n’avez pas besoin de sauter directement à votre premier roman. Au lieu de cela, mettez en pratique certaines des théories de Kurt Vonnegut sur la forme des histoires pour en préparer d’abord de courts extraits. Une fois que vous êtes capable de conduire une histoire à travers les hauts et les bas qui décrivent littéralement une bonne histoire, vous pouvez vous essayer à l’écriture d’un roman. Si vous avez pris à cœur les conseils de Vonnegut en matière d’écriture, vous trouverez le processus pour devenir un auteur compétent plus facile que si vous essayiez d’écrire un gros morceau dès le début.

Une méthode pour devenir un auteur à succès ?

Pendant toutes ses années d’enseignement sur la forme de l’histoire, Vonnegut a suivi ses propres conseils et a écrit souvent, quotidiennement s’il le pouvait. C’est une excellente discipline qui vous aidera à renforcer votre résistance à l’écriture. Si vous avez besoin d’un but pour écrire chaque jour et que vous n’êtes pas tout à fait prêt à commencer ce roman, pourquoi ne pas créer un blog d’écriture, dans lequel vous partagerez vos processus d’écriture ou même les parties de la recherche qui vous fascinent ? Il est assez facile de trouver un site web qui héberge des blogs gratuits, de sorte que vous n’aurez pas à dépenser d’argent à moins que vous ne le souhaitiez. Mais surtout, n’oubliez pas une chose : même Kurt Vonnegut a échoué une ou deux fois sur la voie du statut d’auteur à succès qu’il détient encore aujourd’hui, tant d’années après sa mort.

 

Infographie : les formes des histoires

kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam

 

 

 

  • Un homme dans un trou :
    Le personnage principal s’attire des ennuis puis s’en sort à nouveau et finit mieux pour l’expérience
    Livre : Arsenic et vieilles dentelles
    Film : Harold & Kumar vont au Château Blanc
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Un homme dans un trou
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Un homme dans un trou

 

 

  • Un garçon rencontre une fille :
    Le personnage principal tombe sur quelque chose de merveilleux, l’attrape, le perd, puis le récupère pour toujours
    Livre : Jane Eyre
    Film : Eternal spotless of the sunshine mind
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Un garçon rencontre une fille
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Un garçon rencontre une fille

 

 

  • De mal en pis :
    le personnage principal commence mal, puis s’aggrave continuellement sans espoir d’amélioration
    Livre : la métamorphose
    Film : Twilight zone
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam De mal en pis
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam De mal en pis

 

 

  • Quelle est la direction à prendre ?
    L’histoire présente une ambiguïté réaliste qui nous empêche de savoir si les nouveaux développements sont bons ou mauvais
    Livre : Hamlet
    Film : les Sopranos
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Quelle est la direction à prendre
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Quelle est la direction à prendre

 

 

  • Histoire de la création :
    Dans de nombreuses histoires de création culturelle, l’humanité reçoit des dons incrémentiels d’une divinité. D’abord les grands éléments de base comme la terre et le ciel, puis des choses plus petites comme les moineaux et les téléphones portables. Cependant, ce n’est pas une forme courante pour les histoires occidentales.
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Histoire de la création
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Histoire de la création

 

 

  • L’Ancien Testament :
    L’humanité reçoit des dons supplémentaires d’une divinité, mais elle est soudainement évincée de la bonne place dans une chute aux proportions énormes
    Livre : De grandes espérances
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam L'Ancien Testament
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam L’Ancien Testament

 

 

  • Nouveau Testament :
    L’humanité reçoit des dons supplémentaires d’une divinité, est soudainement évincée de la bonne réputation, mais reçoit ensuite une béatitude hors normes
    Livre : De grandes espérances avec la fin alternative de Dickens
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Nouveau Testament
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Nouveau Testament

 

 

  • Cendrillon :
    C’est la similitude entre les formes de Cendrillon et du Nouveau Testament qui a enthousiasmé Vonnegut pour la première fois en 1947, puis tout au long de sa vie, alors qu’il continuait à écrire des essais et à donner des conférences sur les formes des histoires.
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Cendrillon
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam Cendrillon

 

 

pixar arc personnage kurt vonnegut
pixar arc personnage kurt vonnegut

 

L’illustration ci dessus rend bien compte de

Pour plus d’informations sur la manière dont Pixar crée ses personnages, construit et écrit ses histoires, cliquez ici 

 

 

Il faut remercier Maya Eilam (site) Maya Eilam (twitter) pour avoir synthétisé et mis en forme cette infographie sur les formes des histoires selon Kurt Vonnegut.

 

 

 

Les 8 conseils d’écriture donnés par l’auteur Kurt Vonnegut

Kurt Vonnegut : Comment écrire une histoire ? 8 Conseils en vidéo

 

Transcription de la vidéo ci-dessus :

  1. Utilisez le temps d’un parfait inconnu de manière à ce qu’il ne se sente pas gaspillé.
  2. Donnez au lecteur au moins un personnage auquel s’attacher.
  3. Chaque personnage devrait vouloir quelque chose, même si ce n’est qu’un verre d’eau.
  4. Chaque phrase doit faire l’une des deux choses suivantes : révéler son caractère ou faire avancer l’action.
  5. Commencez le plus près possible de la fin.
  6. Soyez sadique. Peu importe la gentillesse et l’innocence de vos personnages principaux, faites qu’il leur arrive des choses horribles, afin que le lecteur puisse voir de quoi ils sont faits.
  7. Écrivez à une seule personne pour lui faire plaisir. Si vous ouvrez une fenêtre et faites l’amour avec le monde, pour ainsi dire, votre histoire deviendra pneumonie.
  8. Donnez à vos lecteurs autant d’informations que possible le plus tôt possible. Au diable le suspense. Les lecteurs devraient avoir une compréhension tellement complète de ce qui se passe, où et pourquoi, qu’ils pourraient finir l’histoire eux-mêmes, si les cafards mangeaient les dernières pages.

 

Conseils d’écriture par l’écrivain Kurt Vonnegut

 

Comment écrire avec style

En Juin 1981, dans la revue IEEE Transaction on professional communication, volume PC-24, n°2 (pp.66-67), Kurt Vonnegut a rédigé un article sur le style littéraire : « Comment écrire avec style« .

Les citations de l’auteur d' »Abattoir 5 », du « Berceau du chat », ou encore du « Petit déjeuner des champions » sont de véritables conseils pour ceux qui veulent apprendre à écrire des histoires. L’écrivain américain a recueilli dans le texte suivant les méthodes qu’il recommande d’utiliser pour tous ceux qui veulent faire de l’écriture leur métier.

 

Introduction

Les journalistes et les rédacteurs techniques sont formés pour ne presque rien révéler d’eux-mêmes dans leurs écrits. Cela fait d’eux des monstres dans le monde des écrivains, puisque presque tous les autres monstres tachés d’encre de ce monde révèlent beaucoup sur eux-mêmes aux lecteurs. Nous appelons ces révélations, accidentelles et intentionnelles, des éléments de style.

 

Ces révélations nous indiquent, en tant que lecteurs, le genre de personne avec qui nous passons du temps. L’auteur semble-t-il ignorant ou informé, stupide ou brillant, tordu ou honnête, sans humour ou enjoué – ? Et ainsi de suite.

 

Pourquoi devriez-vous examiner votre style d’écriture dans le but de l’améliorer ? Faites-le en signe de respect pour vos lecteurs, quoi que vous écriviez. Si vous griffonnez vos pensées de quelque manière que ce soit, vos lecteurs auront sûrement l’impression que vous ne vous souciez pas d’eux. Ils vous prendront pour un clown, un égocentrique ou une tête de chou, ou pire, ils cesseront de vous lire.

 

La révélation la plus accablante que vous puissiez faire sur vous-même est que vous ne savez pas ce qui est intéressant et ce qui ne l’est pas. N’aimez-vous pas ou n’aimez-vous pas les écrivains principalement pour ce qu’ils choisissent de vous montrer ou de vous faire réfléchir ? Avez-vous déjà admiré un écrivain à la tête vide pour sa maîtrise de la langue ? Non.

 

Votre propre style gagnant doit donc commencer par des idées dans votre tête.

 

  1. Trouvez un sujet qui vous tient à cœur

Trouvez un sujet qui vous tient à cœur et dont vous pensez que les autres devraient s’occuper. C’est cette véritable attention, et non vos jeux de langage, qui sera l’élément le plus convaincant et le plus séduisant de votre style.

Au fait, je ne vous encourage pas à écrire un roman, même si je ne le regretterais pas si vous en écriviez un, à condition que vous vous intéressiez vraiment à quelque chose. Une pétition au maire au sujet d’un nid-de-poule devant votre maison ou une lettre d’amour à la fille d’à côté fera l’affaire.

 

  1. Mais ne divaguez pas

Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet.

 

  1. Faites simple

Quant à votre utilisation de la langue : Rappelez-vous que deux grands maîtres du langage, William Shakespeare et James Joyce, ont écrit des phrases presque enfantines quand leurs sujets étaient les plus profonds. « Etre ou ne pas être », demande Hamlet de Shakespeare.

Le mot le plus long fait trois lettres. Joyce, quand il était fougueux, pouvait composer une phrase aussi complexe et étincelante qu’un collier pour Cléopâtre, mais ma phrase préférée dans sa nouvelle « Eveline » est celle-ci : « Elle était fatiguée. » À ce stade de l’histoire, aucune autre femme ne pouvait briser le cœur d’un lecteur comme le font les trois mots choisis.

La simplicité du langage n’est pas seulement réputée, mais peut-être même sacrée. La Bible s’ouvre sur une phrase qui correspond bien aux compétences d’écriture d’un jeune homme de 14 ans : « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre ».

 

  1. Ayez le courage de couper

Il se peut que vous soyez vous aussi capable de fabriquer des colliers pour Cléopâtre, pour ainsi dire. Mais votre éloquence doit être au service des idées qui vous trottent dans la tête. Votre règle pourrait être la suivante : Si une phrase, aussi excellente soit-elle, ne luminosité de votre sujet dans certains

 

Kurt Vonnegut en 1972
Kurt Vonnegut en 1972

 

  1. Sonnez comme vous

Le style d’écriture qui vous est le plus naturel doit faire écho au discours que vous avez entendu lors d’un enfant. L’anglais était la troisième langue du romancier Joseph Conrad, et beaucoup de ce qui semble piquant dans son utilisation de l’anglais était sans doute coloré par sa première langue, qui était le polonais. Et l’écrivain qui a grandi en Irlande a de la chance, car l’anglais parlé là-bas est « so am using » et musical. J’ai moi-même grandi à Indianapolis, et j’utilise un vocabulaire aussi peu fondamental qu’une clé à molette.

Dans certains des creux les plus reculés des Appalaches, les enfants grandissent encore en entendant des chansons et des locutions de l’époque élisabéthaine. Oui, et beaucoup d’Américains grandissent en entendant une langue autre que l’anglais, ou un dialecte anglais qu’une majorité d’Américains ne peut pas comprendre.

Toutes ces variétés de discours sont belles, tout comme les variétés de papillons sont belles. Quelle que soit votre première langue, vous devriez la garder précieusement toute votre vie. S’il ne s’agit pas d’un anglais standard, et s’il se manifeste lorsque vous écrivez un anglais standard, le résultat est généralement charmant, comme une très jolie fille qui a un œil vert et un œil bleu.

Je trouve que c’est à mes propres écrits que je fais le plus confiance, et c’est aussi à d’autres que je fais le plus confiance, quand je ressemble le plus à une personne de l’Indianapolis, ce que je suis. Quelles sont mes langues maternelles ? La recommandation la plus véhémente des enseignants vous a sans doute été faite : écrire comme les Anglais cultivés d’il y a un siècle ou plus.

 

  1. Dites ce que vous voulez dire

J’étais autrefois exaspéré par de tels pêcheurs, mais je ne le suis plus. Je comprends maintenant qu’ils ont tous choisi une tique d’essais et d’histoires avec laquelle je pouvais comparer mon propre travail

Nous ne nous réjouissons pas de leurs données ou de leur extranéité, mais de ce qu’ils disent précisément ce que leurs auteurs ont voulu dire. Mes professeurs souhaitaient que j’écrive avec précision, en choisissant toujours les mots les plus efficaces et en les reliant les uns aux autres sans ambiguïté, de manière rigide, comme les pièces d’une machine. Les professeurs ne voulaient pas me transformer en Anglais après tout. Ils espéraient que je devienne compréhensible, c’est ce qu’ils voulaient dire. Mes professeurs voulaient que j’écrive avec précision, en choisissant toujours les mots les plus efficaces et en les reliant les uns aux autres sans ambiguïté, de manière rigide, comme les pièces d’une machine.

Après tout, les professeurs ne voulaient pas me faire tomber dans le piège de l’anglais. Ils espéraient que je deviendrais compréhensible – et donc compris.

Et mon rêve de faire avec les mots ce que Pablo Picas.sa a fait avec la peinture ou ce que de nombreuses idoles du jazz ont fait avec la musique s’est réalisé. Si j’enfreignais toutes les règles de la ponctuation, si les mots avaient le sens que je voulais qu’ils aient, et si je les ficelais ensemble, je ne serais tout simplement pas compris. Alors, vous aussi, vous feriez mieux d’éviter le style Picasso ou le style jazz, si vous avez quelque chose qui vaut la peine d’être dit et que vous souhaitez être compris.

Les lecteurs veulent que nos pages ressemblent beaucoup à des pages qu’ils ont déjà vues.

Pourquoi ? Parce qu’ils ont eux-mêmes un travail difficile à faire et qu’ils ont besoin de toute l’aide que nous pouvons leur apporter.

Kurt-Vonnegut
Kurt Vonnegut

 

  1. Ayez pitié des lecteurs

Ils doivent identifier des milliers de petites marques sur le papier, et leur donner un sens immédiatement.

Ils doivent lire, un art si difficile que la plupart des gens ne le maîtrisent pas vraiment, même après l’avoir étudié tout au long de l’école primaire et du lycée – douze longues années.

Cette discussion doit donc enfin reconnaître que nos options stylistiques en tant qu’écrivains ne sont pas nombreuses ni glamour, car nos lecteurs sont forcément des artistes imparfaits. Notre public exige de nous que nous soyons des enseignants sympathiques et patients, toujours prêts à simplifier et à clarifier – où que nous préfèrent s’élever au-dessus de la foule, en chantant comme des rossignols.

C’est la mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle est que nous, les Américains, sommes gouvernés par une constitution unique, qui nous permet d’écrire ce qui nous plaît sans crainte de punition. C’est donc l’aspect le plus significatif de nos styles, qui est ce que nous choisissons d’écrire, est totalement illimitée.

 

 

  1. Pour des conseils vraiment détaillés

Pour une discussion du style littéraire au sens étroit, dans un sens plus technique, je recommande à votre attention The Elements of Style, de William Strunk, Jr. et E. B. White (Macmillan, 1979).

E.B. White est, bien entendu, l’un des plus admirables styles littéraires que ce pays ait produits jusqu’à présent.

Vous devez aussi vous rendre compte que personne ne se soucierait de savoir si M. White s’est bien ou mal exprimé, s’il n’avait pas des choses parfaitement charmantes à dire

 

 

 

Conférence de Kurt Vonnegut sur les formes des histoires

Kurt Vonnegut a créé un ensemble d’œuvres d’une excentricité étonnante et d’un attrait universel. Sa vision singulière du monde s’applique non seulement à ses histoires et à ses personnages, mais aussi à certaines de ses théories.

Il n’y a aucune raison pour que ces simples formes d’histoire ne puissent pas être introduites dans les ordinateurs, ce sont de belles formes.
C’est l’axe B-M : Bonne fortune, Mauvaise fortune. La maladie et la pauvreté ici, la richesse et la bonne santé là-haut. Ici, c’est le milieu. Voici maintenant l’axe B-E. B représente le début, e représente l’électricité. C’est un exercice de relativité, c’est la forme des courbes qui compte et non leur origine.

Nous allons donc commencer un peu au-dessus de la moyenne, c’est pourquoi j’ai une personne déprimante qui a commencé toute cette histoire que nous appelons l’homme dans un trou, mais il n’est pas nécessaire que ce soit un homme, et il n’est pas nécessaire que ce soit quelqu’un qui se mette dans un trou. Mais c’est une bonne façon de se souvenir. Quelqu’un qui a des ennuis s’en sort à nouveau. Les gens aiment cette histoire, ils n’en ont jamais marre.

Une autre histoire, non protégée par les droits d’auteur, est aussi une belle histoire courbe et facile à introduire dans un ordinateur, appelée « Boy gets Girl« , mais en fait, c’est juste une façon de se souvenir.
Cela commence au cours d’une journée ordinaire – une personne ordinaire ne s’attendant pas à ce qu’il se passe quelque chose un jour comme les autres – et trouve quelque chose de merveilleux, mais l’adore, oh bon sang ! Je l’ai récupéré.

 

Conférence de Kurt Vonnegut sur les formes des histoires
Conférence de Kurt Vonnegut sur les formes des histoires

 

Les gens aiment ça. Maintenant, ce sont de belles courbes et cela devient un peu compliqué, si les ordinateurs peuvent maintenant jouer aux échecs alors je ne sais pas pourquoi ils ne peuvent pas digérer cette courbe très difficile que je vais vous dessiner maintenant, et il se trouve que c’est l’histoire la plus populaire dans notre civilisation occidentale. Comme nous aimons entendre cette histoire à chaque fois qu’elle est racontée, quelqu’un gagne un autre million de dollars ; vous êtes le bienvenu pour le faire. J’ai déjà dit que c’est déprimant de savoir que les gens n’aiment pas les histoires qui parlent de jours et de personnes en dessous de la moyenne.

Mais nous allons commencer bien plus bas. Pire que celui qui est si bas, c’est une petite fille. Qu’est-ce qui se passe ? Sa mère est morte, son père s’est remarié avec une femme laide au tempérament infect, avec deux vilaines filles, des grandes filles. Vous l’avez entendue ? Peu importe. Il y a une fête au palais ce soir-là, elle ne peut pas y aller. Elle a dû aider tous les autres à se préparer, elle doit rester à la maison maintenant, maintenant elle se trouve au plus bas. C’est une petite fille dévouée et elle a subi le maximum de coups du sort, ce qui est la perte de sa mère, car elle ne peut pas aller plus bas que ça.
Ok donc la marraine fée vient, donne les chaussures, donne les vêtements, donne son mascara, lui donne un moyen de transport, va à la fête, danse là où le prince s’amuse.
Ennuyeux ! Ennuyeux ! Ennuyeux ! Ennuyeux ! Ennuyeux ! Ennuyeux ! Ennuyeux ! Maintenant, il y a une légère inclinaison de cette ligne telle que je l’ai tracée parce qu’il faut peut-être 20 secondes, 30 secondes pour qu’une horloge de grand-père atteigne minuit.

Est-ce qu’elle se retrouve au même niveau ? Bien sûr que non, elle se souviendra de cette danse pour le reste de sa vie.
Maintenant, elle fait caca à ce niveau jusqu’à ce que le prince vienne tirer des festons qu’elle a atteint un bonheur hors norme.

 

 

Conseils de Kurt Vonnegut sur l’écriture d’une histoire

J’ai reçu une formation technique et chaque fois que j’ai été dans une faculté, j’ai été dans le département d’anglais, bien que je n’aie jamais été étudiant en anglais et que j’aie essayé d’apporter une réflexion scientifique à la critique littéraire. c’est l’axe B-M : Bonne fortune, Mauvaise fortune : mort terrible, et maladie de ce côté, et bonne santé, bonheur de l’autre côté. C’est l’axe B-M qui commence l’entropie. Alors maintenant je vais vous donner un conseil de marketing : il y a des gens qui peuvent se permettre l’éducation et l’achat de livres et de magazines et tout ça, qui savent lire et qui n’aiment pas lire sur les gens qui sont pauvres ou malades.

Alors commencez votre histoire ici. Maintenant, l’histoire la plus simple et si vous restez à la maison et que vous la regardez à la télévision, vous verrez qu’elle sera racontée encore et encore et encore et personne ne se lasse jamais de cette histoire. J’appelle ça « l’homme dans un trou » mais il ne s’agit pas forcément d’un homme et d’un trou. Quelqu’un s’attire des ennuis et s’en sort à nouveau. L’étranger est un peu plus haut que là où nous avons commencé, parce que vous savez que le lecteur pense bien que je suis un être humain aussi, je dois avoir autant en réserve si j’ai des ennuis ou quoi que ce soit.

Maintenant, une autre histoire très populaire et aucune de ces deux là n’est protégée par des droits d’auteur. C’est ce que j’appelle la « rencontre entre un garçon et une fille« , mais il ne s’agit pas forcément d’un garçon ou d’une fille. C’est quelqu’un qui, un jour comme les autres, tombe sur quelque chose de parfaitement merveilleux  » oh boy ! C’est mon jour de chance, merde ! « et le récupère à nouveau.
Une autre histoire, j’étais très populaire, et elle brise ma règle : commence ici. C’est une jeune fille, une adolescente, je crois qu’elle a 17 ou 18 ans. Pourquoi est-elle si basse ? Et bien leur mère est morte. C’est assez juste et son père s’est remarié presque immédiatement à une vieille hache de guerre terrible avec deux filles méchantes. Et il y a une fête au palais le soir, vous l’avez entendue ? Très bien, elle doit aider sa nouvelle mère et ses nouvelles sœurs à s’habiller pour cette fête, et elle ne peut pas y aller non. Elle n’est pas assez bien pour y aller mais elles le sont tellement qu’elle est devenue encore plus triste non, elle est une petite fille au grand cœur, le chagrin est maximal, c’est la mort de sa mère, donc tout le monde part pour la fête.

Et une fée marraine se présente et donne ses vêtements, du mascara, du parfum, tout ce qui signifie un carrosse de transport avec des chevaux et tout ce dont vous avez besoin pour aller à une fête et passer un bon moment. Alors elle y va et le prince tombe amoureux d’elle. Vous devez maintenant réaliser qu’elle est tellement maquillée que ses propres parents ne la reconnaissent pas.
Alors l’horloge sonne 12 heures comme promis, et elle perd tout ce qu’on lui a pris et la fée marraine a dit que ça allait arriver. Il y a une chute très raide ici, il ne faut pas longtemps pour qu’une horloge sonne 12 heures. Est-ce qu’elle descend au même niveau ? Non. Pour le reste de sa vie, elle se souvient de la fois où elle était la « belle du bal ». Elle fait donc caca à ce niveau considérablement amélioré jusqu’à ce que sa chaussure lui convienne et qu’elle devienne heureuse et hors norme.

 

kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam
kurt vonnegut la forme des histoires maya eilam

 

 

 

 

 

 

Comment trouver l’inspiration pour mes histoires : D’où viennent mes idées ?

kurt vonngut d ou est ce que je tire mes idees du degout de la civilisation
kurt vonnegut d ou est ce que je tire mes idees du degout de la civilisation

Où puis-je trouver mes idées ? Vous auriez aussi bien pu demander cela à Beethoven. Il faisait l’imbécile en Allemagne comme tout le monde, et tout d’un coup, ce truc est sorti de lui.

C’était de la musique.

Je faisais l’idiot comme tout le monde dans l’Indiana, et tout d’un coup, des choses sont sorties. C’était le dégoût de la civilisation.

(Backwards City Review, 10 Octobre 2004.)

 

 

 

 

Lettre et conseils de Kurt Vonnegut

 

Enfin, un dernier conseil, et peut-être le plus important, de Kurt Vonnegut. Un an avant la mort de l’auteur, il a écrit une lettre en réponse à un groupe d’écoliers de la ville de New York qui l’ont convaincu de venir visiter leur école. Sa réponse réfléchie fournit des conseils qui vont au-delà des conseils d’écriture ou de lecture, et enseigne simplement comment mener une bonne vie.

 

Une transcription de la lettre qui suit :

 

le 5 novembre 2006

Chère école secondaire Xavier, et Mme Lockwood, et MM. Perin, McFeely, Batten, Maurer et Congiusta :

Je vous remercie pour vos lettres amicales. Tu sais comment remonter le moral d’un très vieux geek (84 ans) au coucher du soleil. Je ne fais plus d’apparitions publiques parce que je ne ressemble plus à rien d’autre qu’à un iguane.

Ce que j’avais à vous dire, d’ailleurs, ne serait pas long, à savoir : Pratiquez n’importe quel art, musique, chant, danse, théâtre, dessin, peinture, sculpture, poésie, fiction, essais, reportage, peu importe comment bien ou mal, non pas pour obtenir de l’argent et la gloire, mais pour faire l’expérience du devenir, pour découvrir ce qui est en vous, pour faire croître votre âme.

Sérieusement ! Je veux dire, commencer tout de suite, faites de l’art et faites le pour le reste de votre vie. Dessinez une photo drôle ou sympathique de Mme Lockwood, et donnez-la-lui. Danser à la maison après l’école, chanter sous la douche et ainsi de suite. Faites une grimace dans votre purée de pommes de terre. Faites comme si vous étiez le comte Dracula.

Voici une mission pour ce soir, et j’espère que Mme Lockwood vous recalera si vous ne le faites pas : Écrivez un poème de six lignes, sur n’importe quoi, mais avec des rimes. Pas de tennis équitable sans filet. Faites en sorte qu’il soit aussi bon que possible. Mais ne dites à personne ce que vous faites. Ne le montrez pas ou ne le récitez à personne, pas même à votre petite amie ou à vos parents, ou à Mme Lockwood. D’ACCORD ?

Déchirez-les en tout petits morceaux et jetez-les dans des poubelles largement séparées. Vous constaterez que vous avez déjà été glorieux récompensé pour votre poème. Vous avez fait l’expérience du devenir, vous en avez appris beaucoup plus sur ce qu’il y a en vous, et vous avez fait grandir votre âme.

Que Dieu vous bénisse tous !

Kurt Vonnegut

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le panneau